Bricolage

Plans de construction de pièges à frelons, ruchettes, nourrisseurs, etc …

Piège à frelons à pattes jaunes

Comment capturer des fondatrices et les ouvrières Vespa Velutina ?

Le piège est sélectif, il utilise un appât naturel produit par nos ruches. Les insectes capturés vivants intéressent nos chercheurs.

Étape 1 : LA CONSTRUCTION

Une grille à reine Dadant 10 cadres plastique Nicot. >>

On réalise 2 trous légèrement inférieurs au diamètre de la bouteille dans la grille à reine et on y enfonce les bouteilles. >>

Les entonnoirs placés verticalement ne laissent aucune chance aux frelons. >>

Le toit sert aussi à assombrir le piège.
Les abeilles et frelons doivent s’y sentir en sécurité … voire dans une certaine intimité !

Deux ou quatres briques pour stabiliser l’ensemble. >>

<< Une caisse en plastique non transparente et de couleur sombre.

Dimension : 45 x 36 x 21 cm

<< 2 entonnoirs réalisés à partir de bouteilles d’eau gazeuse de 50 cl, partie haute coupée à 10 cm.

<< Les entonnoirs dépassent de la grille à reine d’environ 1 centimètre.

<< Un toit en Styrodur de 20 mm, débordant bien de l’ensemble 54 x 60 cm afin d’éviter toute entrée d’eau.

Trois chutes de Styrodur de chaque côté du toit pour laisser un passage, 15 x 30 cm. ( colle vinylique)

Étape 2 : L’APPÂT

Les effluves émanant du bac en plastique et les allées et venues des abeilles attirent les fondatrices ou les ouvrières.

Les frelons et les abeilles s’installent à la même table, oubliant en partie les querelles habituelles. >>

<< Un vieux cadre de bordure d’une ruche saine avec du miel, pollen, …

On coupe les fils inox. On casse la cire en plusieurs morceaux. On conserve de la hauteur sous les entonnoirs.

Étape 2 : L’EXTRACTION

On chasse l’entonnoir avec la planchette.

On pose le pot sur la planchette. >>

On glisse à nouveau la planchette. >>

<< Matériel :

• Une planchette peu épaisse (contreplaqué)

• Un pot de miel de 500g en plastique clair et transparent et son couvercle percé de trous d’aération.

<< On retire celle-ci. Le pot recouvre le trou de la grille à reine.

Le frelon est attiré par la lumière et monte dans le pot.

<< On glisse ensuite le couvercle entre la planchette et le pot.

Et on ferme !

REMARQUES

• Ne pas utiliser la fumée pour guider le frelon vers la sortie. Elle agit comme un répulsif par la suite.

• On peut remplacer le pot de miel par une bouteille d’eau en plastique de 1,5 litre coupée en deux à 5 cm du fond.

• Quand la récolte des frelons est terminée, soulever la grille à reine pour laisser s’échapper les insectes non recherchés.

• Quelques abeilles meurent dans le piège (butineuses âgées, pilleuses).

• Il ne doit pas y avoir de noyade dans le piège. On écrase au fur et à mesure les cellules contenant du miel.

• On n’est pas obligé de relever le piège tous les jours. Les frelons ne se sauvent pas, il survivent au moins une dizaine de jours en se nourrissant de miel.

• Concernant la sécurité, il n’y a pas de contact avec le frelon. Il faut cependant s’équiper car les abeilles sont là.

• Pour se séparer d’une encombrante récolte : le congélateur ou un coton avec un peu d’éther.

• On peut prendre contact avec l’IRBI. Fac de Bio. Parc Grandmont, TOURS.

• L’équipe d’Éric Darouzet a besoin de fondatrices et d’ouvrières pour faire avancer les recherches.

• Pour que les frelons arrivent en forme, on peut glisser un coton à démaquiller (disque) imbibé d’eau et recouvert d’un peu de miel solide.

L’inventeur :
Michel Trémeau

Contact pour complément d’information, amélioration, optimisation :

tremeau.michel@wanadoo.fr

Fabrication d’une « muselière »

Une muselière est une sorte de sas d’entrée qui ajoute un espace sécurisé devant la ruche grâce à un grillage permettant aux abeilles de passer mais impossible à franchir par les frelons. Cela permet de dé-stresser les abeilles qui se se regrouperont plus en « barbe » à l’entrée, mais cela n’empêche pas la prédation.

On peut utiliser du pin d’une épaisseur de 15 mm. Les dimensions du schéma ne sont qu’à titre indicatif, l’objet peut être plus grand ou plus petit, l’essentiel étant qu’il s’adapte aux dimensions de la ruche.

On plaque un grillage avec des mailles de 6 mm avec des agrafes.

On peut ajouter des ergots en bois en dessous pour éviter le basculement de la muselière quand elle est fixée sur la ruche.

L’ajout de vis réglées pour un écartement de 5,5 mm permet d’avoir le bon écartement à la pose sans avoir à mesurer.

Les abeilles peuvent passer par le haut où l’espace est de 5,5 mm ou au travers de la maille de 6mm.

La muselière peut être vernie ou peinte.

Recette de fabrication de peinture de farine et ocres naturelles

Recette de Pierre DANGER, tirée des techniques picturales anciennes

Quantité pour environ 40 m2

  • 8 litres d’eau
  • 2,5 kg d’ocres
  • 1 dl de savon liquide
  • 1 litre d’huile de lin
  • 250 g de sulfate de fer
  • 650 g de farine

+ un réchaud et un grand récipient

  • 1 ) Faire bouillir l’eau
  • 2) Diluer avec un peu d’eau les 650 g de farine
  • 3) Ajouter l’eau en ébullition, laisser cuire en mélangeant pendant 15 minutes
  • 4) Ajouter 250 g de sulfate de fer et 2,5 kg d’ocre (brun, rouge, …) et cuire pendant 15 mn en mélangeant.
  • 5) Ajouter le litre d’huile en continuant à tourner pendant 15 minutes.
  • 6) Ajouter 1 décilitre de savon liquide pour favoriser l’émulsion et laisser refroidir.

Appliquer la peinture sur un matériau sec

Ne pas appliquer sur des peintures glycéro (risque de pelage)

Fabrication d’une ruchette 5 ou 6 cadres

Plan proposé en 2007 dans le bulletin de l’association.

On peut utiliser du contreplaqué « marine » mais attention au coût.

Cliquez sur le lien ci-dessous pour télécharger le PDF

Construction ruchettes.pdf

Construction d’un piège à frelons asiatiques

à venir …